Miel 2015

La récolte 2015 est excellente !

J’ai commencé l’année 2015 avec 130 colonies, très peu de pertes hivernales et une bonne récolte dans la plupart de mes ruchers. Treize lots différents disponible directement chez moi ou chez mes revendeurs dont vous trouverez la liste mise à jour ici.

Pour la première fois, j’ai trouvé le temps d’amener une vingtaine de reines en station de fécondation en Valais. Je vais donc pouvoir commencer l’année 2016 en faisant de l’élevage de reines sur des reines de bonne qualité.

Au plus fort de la saison avec 160 ruches, il a fallu courir, suer et améliorer mes techniques. Aujourd’hui, j’entre dans la saison d’hiver avec 150 ruches et une petite prière pour qu’elles survivent jusqu’au printemps.

Miel 2014

Hé bien,

Parler du miel 2014 me fera sourire l’année prochaine j’espère!

Un printemps plein de promesses, le coup de froid juste au mauvais moment et en fin de compte une saison peuplée de variations de températures font que la récolte de printemps fut misérable! Quelques dizaines de kilos à peine. Pas de quoi fanfaronner!

Voilà que l’heure de la récolte d’été approche, et croyez moi, il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent.

J’ai prévu d’extraire demain (samedi 12’07), vu que cela fait une semaine que mes abeilles mangent environ un demi kilo de miel par jour et que la météo n’a pas l’air de s’arranger. Je vous tiendrai au courrant des résultats.

Bel été à vous

Elevage de reines …

au frigo

Les cellules royales sont au “frigo” à 35°C le temps de garnir les ruchettes d’abeilles…

ruchettes

Après une 24h en cave, départ pour le “site de fécondation” … enjoy!

L’expression << Il y a du sexe dans l’air >> prends tout son sens 😉

Bon c’est un peu court cet article, j’admet. Je vais l’etoffer c’est promis.

Les doigts englués de propolis

Aujourd’hui, je tire leçon de mes erreurs:

J’ai en effet bêtement fais l’acquisition de reines de piètre qualité au sujet de la production de propolis. Quelle daube! Tout est collé dans ces ruches et quand je fais ma visite, lorsqu’il s’agit de noter dans mon carnet ce que j’ai vu, le crayon me reste collé au doigts, les pages définitivement collées les une aux autres. Bref, pour moi qui n’ai pour l’instant pas le projet de produire ce truc, (ça viendra rassurez vous) et bien c’est pas terrible!

Les combines maintenant:

-1 Changer ces reines dès que possible. (Le matériel souffre!)

-2 En cours de visite, avoir sous la main un peu de terre fine et bien sèche. Elle se collera sur les doigts empêchant ainsi la propolis de coller partout. Ça sali un peu les pages de mon carnet, mais ce dernier reste utilisable.

-3 Et enfin de retour chez moi, je me lave les mains avec une pincée de poudre pour lave-vaisselle. C’est incroyable comme ça marche bien! Il reste éventuellement une légère coloration qui s’en va avec une giclée de vinaigre.

Bonne visite!

La nouvelle friteuse

Bien, ce qui devait arriver est arrivé!

Je me suis laissé convaincre par une abeille de sélection valaisanne ”Buckfast” qui se sent à l’étroit sur 10 cadres. J’ai donc tout remis sur le tapis et passé mon hiver à fabriquer le nouveau prototype de friteuse capable d’encaisser la D12. Ainsi évidement qu’une craquée de ruches dont je fabrique le fond et le toit, vu que ce qu’on trouve sur le commerce régionnal ne me convient peu.

Je tâche de vous mettre ça dans l’ordre, à commencer par le thermoplongeur, fabriqué sur le même principe que le précédent (mais en mieux ;))

P1010048

La double parois c’est juste pour une question de stabilité. J’ai noté que la cire (parafine) se dilate beaucoup au chauffage et je ne voulais pas que mes brasures lâchent par fatigue.

 

petite vue d’ensemble:P1010049

présentation des corps de chauffes:

P1010050

présentation au fond de la cuve:

P1010055

Brasage des corps de chauffe trouvés chez mon ferrailleur préféré 😉

20131211_125039

Une vue des connecteurs électriques des résistances de chauffe:

20131211_100654

Un petit passage de câbles haute température (isolé en gaine silicone garanti jusqu’à 180°C):

20131211_100637

Une tresse en fibre de céramique (trouvée au fond de l’atelier) pour éviter que la soudure du couvercle n’abime ce beau silicone:

20131211_115207

Présentation du couvercle:

20131211_115219

Paré à souder?

20131211_115724

Et voilà le travail!

Garanti étanche! (ce qui n’était pas le cas de la précédente version … aie!) Sachez le: la paraffine chaude mange la pâte à joints de culasse.

20131211_125131

Petit boîtier électrique ( une boite à clef à 10.-), un thermostat et un témoin lumineux par résistance. Je me disait que c’était un peu gadget quand je l’ai fait mais c’est finalement bien pratique de savoir ou en est ce chauffage.

20131213_171852

Branchement du thermoplongeur.

Les spécialistes noteront sûrement le branchement en étoile. C’était une erreur vite corrigée! C’est bien évidement en triangle qu’il faut faire ce truc.

20131214_115555

La cuve, son chassis, l’isolation et carrosserie:

20131119_154417 P1010052 P1010053 P1010054 20140211_123914

Tubes cuivres brasés sous le fond de cuve pour augmenter la surface et donc l’efficacité du brûleur à gaz.

20140204_162939

20140206_155929

20140204_164207

20140206_184105

20140212_110106

Qu’elle est belle!

20140219_103727

La surverse, un détail?

ah,  surtout pas! Des fois ça mousse fort dans cette cuve, pour peu que le bois soit humide ou mal sec. Je n’ai aucune envie de ruiner mon isolation avec de la bonne paraffine!

P1010057

Numérotage des ruches …

Sujet anodin en apparence mais qui a toute son importance!

Le chiffrier à gaz:

(c’est un peu cher à l’achat, mais comme c’est efficace!)

20140212_184029

Bon, j’avoue que j’ai du modifier un peu la buse parce que le modèle d’origine était un peu poussif à mon goût.

20140212_18384920140212_183918

Le résultat:

20140217_152518